By Florence Thibaut On mardi, avril 15 th, 2014 · no Comments · In
Eric Tschirhart, Vice Recteur de l'Université du Luxembourg

Eric Tschirhart, Vice Recteur de l’Université du Luxembourg

Fondée en octobre 2003, l’Université du Luxembourg a, depuis lors, réussi à s’imposer comme un centre de recherche innovant et localisable sur la carte du savoir européen. Mûri pendant 20 ans, ce projet académique ambitieux, multilingue et international par essence a démarré from scratch. Le campus, qui mise avant tout sur la proximité et l’accompagnement individualisé, compte aujourd’hui quelques 6157 étudiants issus de 107 pays.

Fort d’un corps académique composé de 233 professeurs et 730 intervenants réguliers, l’établissement s’organise en trois facultés, Sciences, technologie et communication ; Droit, économie et finance ; et Lettres, Sciences Humaines, Art et Sciences de l’éducation. Au total, il offre 11 Bachelors, 32 Masters, mais aussi des doctorats, des formations qualifiantes, ainsi que de la formation continue. Pour Eric Tschirhart, Vice-Recteur Académique et professeur de physiologie depuis 2002, l’université est une chance et un moteur pour le pays.
« Augmenter le niveau médian de la formation dans un pays est bénéfique pour toute une société, c’est un des rôles sociaux de l’université. Le premier constat à poser après 10 ans d’existence, c’est que notre travail est un succès en terme de qualité des cours et d’accueil, d’insertion professionnelle de nos étudiants, de recrutement du personnel enseignant, ainsi que sur le plan de la recherche, se réjouit-il. Notre institution est déjà bien implantée dans la société luxembourgeoise. Une université ne doit surtout pas vivre en vase clos, mais coller au marché ».
Dès ses débuts, l’université a misé sur l’ouverture. Son équipe travaille régulièrement avec ses homologues, qu’il s’agisse de l’ULB, de l’Université de Nancy, de l’UCL, de l’Université de Liège, d’Anvers ou de Gand.

Université polyglotte

L’université se positionne comme un centre d’excellence international et met un point d’honneur à proposer des cours en bilingue français- anglais ou français-allemande, voir trilingues dans certains cas. Ce multilinguisme se reflète aussi dans la sélection du corps enseignant, qui compte près de 40 nationalités.« On entend toutes les langues dans les couloirs! Le contexte du pays est international par nature. Il est complètement immergé dans un corps européen. Dès notre lancement, nous avions déjà 60 nationalités représentées. Le pays n’est pas toujours bien connu en Europe, mais quand il l’est, les gens savent exactement pourquoi ils viennent ». 400 accords Erasmus ont également été négociés et tout étudiant de License a l’obligation de passer au moins un semestre à l’étranger. Pour l’année 2013-2014, 600 élèves sont partis et 150 sont venus découvrir le Grand Duché.

« Nous voulons des étudiants de qualité, il faut donc en prendre soin »

Le crédo de l’équipe enseignante est de miser sur la qualité de l’encadrement, plus que sur le nombre de diplômés. « Nous ne voulons pas être une université de masse, ce n’est pas notre politique. Nous donnons la priorité à la recherche et au suivi individualisé de nos apprenants afin de maximiser la réussite. Nous voulons à tout prix conserver une relation de proximité avec eux. La remise des diplômes est un moment privilégié, nous essayons d’en faire une vraie fête. Nous gardons également contact avec les alumni. Ils ont souvent passés cinq ans chez nous, il faut les remercier ». Dans cette optique, un numerus clausus limité à 160 élèves vient d’être introduit en Droit cette année afin de garantir des conditions d’apprentissage optimales.

Bousculer les habitudes

Pour répondre au défi de la concurrence entre les établissements académiques et la modification des habitudes d’apprentissage, Eric Tschirhart envisage ses inscrits comme des clients. Tout est fait pour leur simplifier la vie et assurer une continuité du service. Chacun dispose d’un dossier en ligne qui reprend toutes les informations dont il aura besoin. L’inscription se fait en quelques clics et ne prend qu’un petit quart d’heure.
« Cette relation presque commerciale est une réalité. Il est important de créer un rapport personnel avec chacun, du premier cours à l’obtention du diplôme. Les élèves sont accompagnés de A à Z. Nous voulons des étudiants de qualité, il faut donc en prendre soin, constate-t-il. Nous n’avons pas une ambition de masse. Notre moteur est de former des futurs doctorants qui améliorent nos résultats et contribuent au développement économique de la région. Pour faciliter la communication, l’interface en ligne est presque personnelle. Des étudiants frappent à ma porte tous les jours. Pendant mes études, c’était impensable. Nos inscrits se sentent soutenus et savent à qui s’adresser en cas de problème. Nous ne voulons surtout pas qu’ils se sentent comme des numéros. Notre stratégie est de rester une université connectée, proche des gens et de leurs réalités ».

Soutenir l’apprentissage

Pour encourager l’intégration et le sentiment d’appartenance, dès le début de l’année, chaque étudiant est encadré par un tuteur, chargé de lui faciliter la tâche.« Chaque étudiant est un prospect. Il faut lui donner les meilleurs outils pour étudier et le contexte de travail le plus épanouissant », défend le professeur. Pour assurer des logements de qualité à prix raisonnables, l’université en construit 500 qui seront mis sur le marché dans les 18 mois. « Nous avons beaucoup investi pour proposer des logements entre 350 et 450 euros/mois, ce qui est rare au Luxembourg. D’ici les trois prochaines années, ils vont pousser comme des champignons. Cela contribuera à renforcer notre attractivité. Notre but est que les étudiants se sentent connectés à l’université, même en dehors de son enceinte, y compris à l’étranger ».
Si les premières années, les luxembourgeois ont eu tendance à continuer à envoyer leurs enfants étudier à l’étranger, souvent en France ou en Belgique, l’habitude commence à prendre. Le pari semble gagné. « En premier cycle, 80% de nos étudiants sont originaires du Luxembourg ».