By Peoplesphere On mardi, mars 25 th, 2014 · no Comments · In

conference-crp

Ce mardi 25 mars, la conférence « L’économie sociale et solidaire : vers de nouvelles pratiques de création d’emplois » a eu lieu dans les locaux du CRP Henri Tudor en présence de Nicolas Schmit, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Economie sociale et solidaire. Cette journée entièrement dédiée à la durabilité a permis de rassembler une centaine de participants issus de ce secteur en pleine expansion, mais également de la sphère associative, ainsi que du monde économique et politique.

La rencontre s’inscrivait dans le cadre de la définition du plan d’action pour le développement de l’Economie solidaire au Luxembourg en novembre 2011, l’élargissement du parcours « 123 Go » au secteur de l’économie sociale et solidaire qui a donné lieu en 2012 au concours « 123 Go Social » et puis, plus récemment, en juillet 2013, la constitution de l’Union Luxembourgeoise d’Economie Sociale et Solidaire (ULESS) qui a soutenu l’événement. L’objectif était avant tout de faire émerger de nouvelles idées de projets socialement innovants en plongeant les participants dans un processus de réflexion et d’apprentissage entrepreneurial.

Terrain d’expérimentation

Dans son introduction, Marc Lemmer, directeur général du CRP Henri Tudor, a relevé l’excellent terrain d’expérimentation que constitue le Luxembourg pour toutes ces innovations sociales, de par sa petite taille, les circuits décisionnels souvent très cours, la composition fortement multiculturelle et multilinguistique de sa population, le nombre important de travailleurs frontaliers, etc. Il a également souligné l’apport des technologies dans les projets sociaux et a mis en exergue deux projets emblématiques du CRP Henri Tudor : le projet MEDIATE qui s’intéresse à l’amélioration de l’aide à domicile des personnes âgées en créant une plate-forme de communication favorisant la collaboration quotidienne entre prestataires professionnels et les aidants informels comme la famille, les amis, le voisin ; et le projet STIMULATE qui vise le développement d’une plate-forme Internet interactive qui doit permettre aux seniors d’être plus en confiance et autonomes dans leurs déplacements et voyages en tenant compte de leurs besoins et de leurs contraintes personnels. Tous ces projets sont sources de création de nouveaux emplois au Luxembourg.
Le ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Economie sociale et solidaire, Nicolas Schmit a, quant à lui,  souligné le lien qui vient d’être fait avec le nouveau gouvernement et la composition des domaines de son ministère entre le monde du travail et de l’emploi et celui de l’économie sociale et solidaire. Ce lien se justifie d’autant plus que les défis à relever en matière de travail et d’emploi sont énormes, le chômage atteignant aujourd’hui 7,1% de la population active. Cependant, les opportunités à saisir en matière d’innovation sociale sont elles aussi conséquentes. Le ministre a également relevé les ponts qui doivent être construits entre l’économie marchande et l’économie sociale et solidaire. L’entrepreneuriat social doit prendre de plus en plus de place dans l’économie du pays. Pour ce faire, le ministre a souligné qu’il est important de travailler maintenant tous ensemble afin de donner un cadre juridique à ce pan de l’économie et ainsi une base plus solide à la création de l’emploi social. Le concours « 123 Go Social » a, pour sa part, montré qu’il y a de la part des jeunes, surtout la volonté de devenir des entrepreneurs dans le domaine du social et du solidaire, mais aussi d’être des entrepreneurs différents.

Soutien business

Ute Karl de l’Institute for Research & Innovation in Social Work, Social Pedagogy, Social Welfare (IRISS) de l’Université du Luxembourg a insisté dans son allocution sur la notion de « travail digne » qui doit être une préoccupation constante de l’économie sociale et solidaire. Elle a également annoncé le lancement prochain au sein de son institut d’un projet de recherche dédié aux dynamiques dans l’économie sociale et solidaire.
Frédérique Gueth de « 123 Go Social » a, quant à elle, présenté cette initiative dont l’objectif est d’accompagner les porteurs de projets du domaine social et solidaire, notamment dans l’élaboration de leur plan d’affaires. Elle a également relevé que le tiers des projets qu’ils accompagnent sont destinés à intégrer les personnes vulnérables comme les seniors, les jeunes sans qualification, les femmes rentrantes et les personnes handicapées dans le monde du travail. Elle a ensuite précisé que l’important dans chaque projet est d’avoir bien défini le besoin social auquel il s’adresse et de bien connaître l’environnement politique, économique, social, dans lequel il est réalisé.
Et c’est justement à donner aux participants une vue sur cet environnement qu’était dédié le reste de la matinée avec les interventions de Claude Haas et Thomas Marthaler de l’Université du Luxembourg, de Danièle Demoustier de l’Université de Grenoble et d’Ingo Boden de l’Université de Kassel, qui ont donné un aperçu des bonnes pratiques luxembourgeoises, françaises et allemandes ayant fait leurs preuves en matière de création d’emploi.
Pendant la deuxième partie de l’après-midi, des speed-meetings ont été organisés avec les intervenants de la table-ronde. Il s’agissait de donner l’opportunité aux participants d’approfondir leurs idées avec les intervenants et de leurs soumettre leurs questionnements. L’événement s’est clôturé par un Cocktail-Networking rassemblant participants et intervenants de la journée.