By Florence Thibaut On jeudi, juillet 31 st, 2014 · no Comments · In
Philippe Canu

Philippe Canu

De nombreuses jeunes mamans ne se sentent pas soutenues par leur entreprise. De retour au travail, elles peinent à reprendre leurs marques. Pourtant, différents scénarios existent pour leur faciliter la tâche et améliorer leur équilibre vie privée/vie professionnelle : horaire plus flexible, des lieux de travail plus proches du domicile, un horaire à 4/5ème, des possibilités de vidéo-conférence ou encore de télétravail. Encouragées lors de cette période de transition délicate, elle n’en seront que plus satisfaites d’être de retour.

Regus, spécialiste international des espaces de travail flexibles, vient de réaliser une étude sur le sujet. Menée dans 98 pays en septembre 2013 et mobilisant 19.000 cadres, elle révèle, pour sa première édition, que plus de la moitié des interviewés considèrent que les organisations dont les collaboratrices ne reviennent pas au terme d’un congé de maternité ratent une opportunité conséquente. 64% déclarent que les jeunes mamans possèdent de nouvelles compétences et une expertise précieuse, valorisable dans le cadre de leur fonction. Entretien avec Philippe Canu, Country Manager chez Regus Luxembourg.

Qu’en est-il du retour au travail des jeunes mamans au Luxembourg ?
Philippe Canu: « Le congé de maternité commence deux mois avant la date présumée de la naissance et se termine deux mois après. Ensuite, un congé parental de six mois peut ensuite être pris par le père ou la mère. Si on ajoute le congé d’allaitement, une employée peut être absente durant presque un an. C’est quelque chose qui ne s’improvise pas. La transition doit être accompagnée. J’insiste toujours pour rappeler que la grossesse n’est pas une maladie ! Les jeunes mamans ne sont pas devenues incompétentes durant leur congé de maternité ! Cela reste une belle nouvelle pour la personne concernée. Cela représente aussi l’occasion pour un employeur de donner une mission déterminée à un talent qu’il souhaite faire évoluer en interne ».

Le fait de devoir annoncer sa grossesse est parfois stressant, quels pourraient être vos conseils à une future maman ? Comment préparer son retour ?
« La maternité fait partie de la vie. Avoir un enfant est, avant tout, une bonne chose. Le monde du travail doit s’y adapter. La personne qui retrouve sa fonction n’est pas diminuée, mais, au contraire, plus épanouie. Cela peut se ressentir dans le travail. Quel que soit le poste, il faut s’y préparer. Si la jeune femme se sent encadrée par son employeur, je suis convaincu qu’il y a une fidélité nouvelle qui s’installe, une reconnaissance. Cela devrait être naturel, mais cela ne l’est pas toujours. Mon premier conseil serait de ne pas disparaître totalement lors de son congé, mais de garder un pied dans l’entreprise en prenant de temps en temps des nouvelles de ses collègues ou de son chef. Cela montre que l’on est impliqué. Tout change tellement vite dans une entreprise, il est important de rester connecté et en dialogue avec les autres, d’autant plus quand une autre personne a repris ses responsabilités. En 11 mois, beaucoup de choses peuvent évoluer ».

Comment facilitez-vous le retour des jeunes mamans au sein de votre organisation ?
« Chez Regus, nous sommes 15 employés dont 14 femmes, gérer les maternités est devenu quelque chose de familier. Nous avons toujours une à deux femmes enceintes en même temps. Nous essayons au maximum d’aménager les temps de travail. Si les plannings le permettent nous accordons avec plaisir des 4/5ème. Bien sûr, l’idée n’est pas d’uniquement favoriser les collaborateurs qui ont des enfants. Il faut garder un équilibre global et une équité prononcée. Il est également important que ces possibilités soient claires et connues de tous ».