By Florence Thibaut On vendredi, octobre 03 rd, 2014 · no Comments · In

colette-mart

Parmi les premiers signataires de la Charte diversité Lëtzebuerg, la ville de Luxembourg a souhaité formaliser son engagement en matière de mixité et de diversité. C’est Xavier Bettel, alors bourgmestre de la ville, qui l’a signée le 26 septembre 2012. Depuis lors, tout un travail de réflexion est mené sur l’inclusion sociale, parmi les citoyens et au sein des équipes communales.

Colette Mart, échevine chargée de l’égalité hommes/femmes et coordinatrice des initiatives en matière d’égalité des chances est convaincue de son importance. « Il y a eu tout un mouvement sociétal autour de cette charte. C’était important pour la commune de montrer qu’elle perçoit la diversité comme une richesse et de se joindre à cet effort ». Ses résidants étant à 66% non luxembourgeois d’origine, la multiculturalité est une réalité depuis longtemps dans la ville. Ses écoles accueillent près de 80 nationalités.

Montrer l’exemple

Si l’administration communale se doit de suivre une législation précise quant à l’embauche dans le secteur public, comme par exemple, le trilinguisme imposé français/ allemand/ luxembourgeois, elle tente d’ouvrir la voie à des profils différents. Montrer l’exemple Et Colette Mart d’expliquer : « nous essayons notamment d’être un employeur et une commune qui s’adapte aux personnes handicapées. Ce sont des travailleurs comme les autres. Nous accomplissons un effort constant dans tous les bâtiments communaux et les écoles nous construisons, ainsi que dans les plus anciennes constructions. La maison communale, par exemple, date de 1830, mais nous l’avons équipée d’ascenseurs et d’entrées adaptées ».
La ville compte 3800 travailleurs, sans compter les 600 enseignants employés par l’état, dont de nombreuses femmes à des postes décisionnels. « Nous promouvons la mixité à tous les échelons de l’administration, c’est d’ailleurs une des priorités du nouveau gouvernement. Nous avons notamment mis en place des possibilités accentuées de job sharing dans les postes de décision. Une formation volontaire a été mise en place pour encadrer l’initiative. Je suis convaincue qu’une administration doit montrer le bon exemple. Elle doit contribuer à ce que chacun ait sa chance et représenter la différence. La diversité n’est une plus-value que si on s’ouvre mentalement et intellectuellement pour l’accueillir ».